Après l’orage du Covid, premières éclaircies au baromètre de l’emploi

Nul ne peut nier l’évidence, la pandémie de Covid 19 a eu et aura un impact réel et durable sur un large spectre de secteurs d’activités. Mais comme l’écrit Camus dans La Peste (1) : « on apprend au milieu des fléaux, qu’il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser. »
Cette crise a en effet montré que dans l’adversité, des entrepreneurs ont su être solidaires, résiliants, réactifs, innovants pour résister et rebondir dans la tourmente. L’examen des chiffres, des tendances du marché de l’emploi permettent d’envisager avec une lucidité relative un rebond dans un certain nombre de secteurs, de métiers en pénurie de main d’œuvre.

Contre toute attente, certains domaines professionnels ont été, tout simplement, épargnés par cette crise, leur activité peut afficher des résultats stables, voire en progression à l’issue de cette période de confinement.

Des secteurs, des métiers épargnés

Lorsqu’on dresse un état des lieux de la conjoncture économique des derniers mois, en prenant ses distances vis-à-vis des chaînes d’infos en continu, souvent avides de chiffres alarmants, on constate notamment que la crise sanitaire a épargné un certain nombre de secteurs.

En effet, les groupes issus du secteur agroalimentaire, les éditeurs de jeux et de logiciels, mais également les entreprises évoluant dans le domaine de la santé ont été, en règle générale, relativement peu touchés par la crise. Ces secteurs sont pour la plupart déjà en ordre de marche pour un nouvel essor post-covid; ils sont par conséquent en quête de nouveaux profils pour poursuivre et développer leurs activités.
Ces groupes recherchent donc actuellement des profils qualifiés pour maintenir leur niveau de production, mais aussi et surtout, pour développer leurs activités et donc leur chiffre d’affaires. La conjoncture très particulière impose une réaction prompte et efficace. Cette situation plutôt inédite nécessite d’identifier les bons candidats à recruter, si possible rapidement opérationnels.

Comment recruter de nouveaux collaborateurs

Dans ce contexte singulier, l’intervention d’un cabinet indépendant de services et de conseils en recrutements spécialisés est plus que jamais stratégique et prioritaire, pour intégrer dans son équipe, les profils qui permettront de réaliser les objectifs de l’entreprise, à court, moyen et long terme. Ces entreprises doivent être en ordre de marche pour assurer un nouvel essor post-covid.

Le retour progressif à un niveau d’avant crise

Un certain nombre de secteurs tirent leur épingle du jeu avec un volume de mises en ligne d’annonces qui a bondi, ces dernières semaines dépassant des niveaux d’avant-crise (124%).
Pour évaluer la santé des différents secteurs et vérifier si les chiffres ont retrouvé leur niveau d’avant-crise, il est plutôt pertinent d’observer l’évolution des annonces de recrutement publiées par les différents acteurs des marchés. Le nombre d’offres d’emplois diffusées est revenu à son niveau d’avant crise pour des secteurs tels que les services aux entreprises, l’informatique au sens large (qu’il s’agisse de constructeurs, de SSII, d’acteurs liés aux télécoms …) Contre toute attente, la restauration et le tourisme ont maintenu leur niveau habituel d’annonces de recrutement.

Pour compenser cette mise en pause contrainte et forcée par le virus, les secteurs liés à l’énergie et l’eau ont augmentés de façon notable leurs annonces (+24 points lors de la 5e semaine de confinement).
Les secteurs du transport et de la logistique ont également renforcé leur politique de recrutement et donc leur volume d’annonces publiées pour retrouver leur vitesse de croisière après cette crise.
Ces quelques indicateurs permettent d’envisager à plus ou moins long terme des niveaux d’activités proches de ceux constatés avant la pandémie.

Le fait que des grands groupes publient des offres d’emplois est un signe positif pour l’ensemble du marché de l’emploi. On peut notamment citer quelques exemples emblématiques :  Belambra est en quête de réceptionnistes, chefs de cuisine ou animateurs. Nestlé recherche des category managers ou des planificateurs de gestion. LVMH recrute des chefs de projet CRM, des responsables développement matières ou des contrôleurs de gestion. Au-delà du message optimiste envoyé à l’ensemble des secteurs économiques, c’est le marqueur d’une possible embellie de l’économie française.

Les grands groupes doivent bien entendu montrer la voie à l’ensemble des acteurs du marché, mais ils ont aussi tout intérêt à ce que les TPE et PME sortent de la crise, car un grand nombre d’entre elles sont des sous-traitants indispensables.

Les entreprises préparent donc ce retour à la normale, mais ils restent prudents, et vont devoir être encore plus vigilants sur le choix des collaborateurs qu’ils vont recruter, notamment en ce qui concerne la gestion de ce type de situation de crise économique et sanitaire. Il est possible que ces nouveaux salariés soient confrontés à des défis plus complexes que ceux pour lesquels ils ont été formés.

Anticiper les aléas de la conjoncture

Dans ce climat économique et social si particulier, l’anticipation est plus que jamais un impératif pour les entreprises qu’il s’agisse de TPE ou de multi-nationales.
Au-delà de toutes les actions à programmer pour anticiper sur le plan économique et financier un éventuel reconfinement ou d’autres freins à l’activité industrielle ou commerciale, il va falloir également protéger les salariés face à une possible deuxième vague de coronavirus.

D’ailleurs, le gouvernement a annoncé officiellement que les entreprises devraient se préparer à cette éventualité en constituant un stock de 10 semaines de masques (ce qui correspond à un délai raisonnable pour relancer la production de masques à grande échelle.)
Cette mesure de précaution reflète le climat de vigilance qu’impose la crise sanitaire qui a frappé un grand nombre de pays et donc d’économies.

De nouveaux savoir-faire et savoir-être

Il y a un autre enjeu majeur, notamment en ce qui concerne le recrutement. En effet, les entreprises vont devoir anticiper d’autres crises, d’autres bouleversements sociaux, sanitaires et structurels. Cet enjeu va impliquer des choix cruciaux préparer les collaborateurs en place, mais aussi pour choisir les futurs collaborateurs. Ces derniers vont devoir acquérir de nouvelles compétences, de nouveaux savoir-être, une plus grande adaptabilité, une flexibilité accrue pour être à même de faire face à de nouveaux bouleversements potentiels, mais également face à de nouveaux schémas organisationnels.

Cette conjoncture sanitaire et économique va être exigeante pour les effectifs qui composent les entreprises. Le recrutement des nouveaux personnels va être par conséquent plus complexe dans ce nouveau contexte.

Une digitalisation plus cruciale que jamais

L’expertise des cabinets RH va être encore plus déterminante pour les entreprises qui recrutent. La première phase de la pandémie a déjà contraint les professionnels du recrutement à reconsidérer certains process, qu’il s’agisse aussi bien des phases de sourcing que celle des entretiens.
Mais la menace d’une réplique de la Covid 19 risque fort de « rebattre les cartes » d’une manière pérenne. Les cabinets indépendants comme Solve Recrutement qui exploitent déjà tout le potentiel du digital, de la gestion dynamique des bases de données et des outils de meeting en distanciel sont les mieux armés pour répondre efficacement aux enjeux RH des mois et des années à venir. Le facteur humain restera bien évidemment au cœur du processus, mais en renforçant le potentiel du digital, le processus de l’entretien bénéficiera d’un gain d’objectivité de plus en plus probant.

Des tendances émergentes qui se confirment

En ce qui concerne les profils les plus recherchés, certaines constantes demeurent inchangées voire s’imposent définitivement, dans cette phase d’après-confinement. Les profils IT (tous secteurs confondus) sont toujours aussi sollicités qu’avant cette crise majeure.
L’impact de la crise de la Covid 19 implique de renforcer les effectifs dans l’expertise de la vente, du commercial, pour un certain nombre de secteurs-clés.

Dès lors, les profils financiers aptes à gérer des situations complexes sont et seront très sollicités. Les experts RH intégrés aux sociétés et aux groupes vont faire l’objet de toutes les attentions afin de résoudre la détérioration sensible du climat social, des crises latentes, exacerbées par le confinement et les incertitudes sur le dénouement de cette crise.
Les personnels qualifiés pour la remise en marche et la maintenance des moyens techniques, des parcs machines mis à l’arrêt, vont également être très sollicités.
Enfin, dans cette conjoncture complexe, les intervenants spécialisés dans le domaine bancaire, dans la création et la gestion des services financiers vont devoir poursuivre et faire aboutir la transformation de secteur qui doit impérativement se transformer pour répondre aux nouveaux enjeux économiques, aux nouvelles attentes des clients particuliers ou professionnels.

Solve Recrutement est composé d’experts RH et de chasseurs de têtes, tous expérimentés et aptes à intervenir sur tout type de structure de la start-up à la multinationale, dans un très large panel de secteurs d’activités.

Si vous souhaitez de plus amples informations concernant nos méthodes, nos prestations, nos tarifs, contactez-nous !

 

(1) Les ventes de ce livre, paru pour la 1ère fois le 10 juin 1947 et traduit dans des dizaines de langues, ont atteint, dès le début de la crise du Coronavirus, des pics de vente inattendus pour un classique de la littérature française.