Les évolutions des droits de la femme 

C’est en 1791 que tout commence. En effet, il y a 231 ans, le tout premier document évoquant l’égalité juridique et légale des femmes par rapport aux hommes était publiée par Olympe de Gouges : “La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits”

Cette dernière s’inspire de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclamée le 26 août 1789. Depuis cette déclaration, plusieurs nouvelles lois ayant pour objectif de faire évoluer la place de la femme au sein de la société ont vu le jour. Ces lois ont signées le début d’une longue marche des femmes vers l’égalité et permettent de constater aujourd’hui, des changements significatifs. 

  • En 1836, l’ordonnance du 23 juin organise l’enseignement primaire pour les filles.
  • En 1861, Julie Daubié est la première femme autorisée à se présenter au baccalauréat.
  • En 1880, l’enseignement secondaire est autorisé pour les filles.
  • En 1898, Anne De Rochechouart est la première femme à obtenir son permis de conduire, anciennement nommé le “certificat de capacité”. 
  • En 1907, les femmes mariées peuvent disposer librement de leur salaire.
  • En 1909, le congé maternité est créé. Cependant, il a fallu patienter jusqu’en 1970 pour permettre à ces femmes d’être payées pendant leur arrêt. 
  • En 1944, les femmes obtiennent le droit de vote.
  • En 1946, le principe d’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines est inscrit dans le préambule de la Constitution.
  • En 1975 : L’obligation de mixité dans tous les établissements publics d’enseignement est créée.
  • En 1975 : La loi autorise l’interruption volontaire de grossesse (IVG).
  • En 1991, Edith CRESSON est la première femme nommée Premier Ministre.
  • En 2000, l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives est garanti par la loi.

Même si l’avancée semble très récente et se fait peu à peu, nous remarquons une belle évolution dans une démarche d’égalité des sexes. En effet, en 2001, une nouvelle loi sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes a été adoptée. Et enfin, c’est en 2006, qu’une suppression des écarts de rémunération est visée grâce à la loi relative à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. 

Une étude récente citée par YPO, précise qu’actuellement, “seuls 5% des directeurs généraux dans le monde sont des femmes”. Même si ce chiffre est bas, il est tout de même important de souligner que le nombre de femme dirigeantes dans le monde est en réel augmentation par rapport aux années précédentes. 

Pour la petite histoire, c’est au XXème siècle que les choses ont commencé à évoluer. Durant la première guerre mondiale, les femmes étaient obligées de faire tourner le monde à elles seules pendant que les hommes étaient au front. C’est à partir de ce moment que les questions d’autorisations ont été remises en question. 

Mais la réelle question que nous nous posons est : qui d’autre qu’une femme elle-même, pour défendre les droits de la femme

C’est alors qu’au fil du temps, des femmes comme Émilie Gourd, Oprah Winfrey ou Simone de Beauvoir ont lutté durement afin de rectifier les injustices subies quotidiennement. Et on peut en citer beaucoup d’autres !

Solve souhaite aujourd’hui mettre à l’honneur ces battantes qui peuvent être fières de leurs combats, car grâce à elles (et à bien d’autres encore), nous constatons de réelles évolutions sociales : 

  • Simone Veil : c’est grâce à cette ancienne ministre de la santé que la loi dépénalisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG) a vu le jour. Grâce à la “loi Veil” et aux nombreuses actions entrepris pour faire évoluer les droits de la femme, cette brave dame est aujourd’hui devenue une icône de la lutte contre la discrimination des femmes en France. 
  • Simone de Beauvoir : considérée comme une théoricienne majeure du féminisme, Simone de Beauvoir a longuement participé au mouvement de libération des femmes. C’était une femme de lettre engagée qui a su profiter de sa passion pour l’écriture afin de faire passer des messages et défendre sa cause. 
  • Rosa Parks : surnommé “mère du mouvement des droits civiques”, était une jeune femme afro-américaine qui s’est longtemps battu pour faire évoluer les droits en faveur des personnes de couleurs. Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager blanc dans un autobus. Cet acte signe le début de sa lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. 
  • Malala Yousafzai : cette jeune militante pakistanaise des droits des femmes, et clé de l’émancipation féminine est connue pour s’être courageusement opposée aux talibans qui tentaient d’interdire la scolarisation des filles. Son objectif principal a toujours été de défendre l’éducation dans le monde et en particulier celle des filles.
  • Greta Thunberg : cette jeune militante écologiste suédoise est connue pour être engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique. En 2019, elle a été classée dans la liste Forbes des 100 femmes les plus influentes au monde. Elle a une très forte influence sur la scène mondiale. Encore une jeune femme engagée d’une différente façon dans l’évolution de la société !

Grâce aux nombreuses combattantes qui se sont battus pour que les femmes soient libres et qu’elles soient égales à l’homme, aujourd’hui une femme peut être à la fois journaliste, enseignante, et femme politique. Celle-ci joue un rôle prépondérant dans la société. Et aujourd’hui encore, nous constatons de nouvelles avancées : 

  • En 2016, une femme devient PDG du Cac 40, c’est une première ! 
  • En 2018, une romancière figure au programme du bac L pour la toute première fois : “La princesse de Montpensier” par Madame de La Fayette.

Le chemin est lent mais il est sûr !

Cependant, le changement n’est pas fini et les femmes doivent constamment lutter contre une égalité qui continue à prendre place car selon justifit.fr, “Dans le cadre du droit du travail, une statistique mondiale montre que les femmes touchent toujours un salaire 25% inférieur à celui des hommes.” 

Petite anecdote plus légère pour terminer sur une note positive, savez-vous d’où vient l’expression “En voiture Simone

Le nom vient de Simone Louise Pinet de Borde des Forest qui à l’âge de 19 ans, a décidé de passer son permis. Action qui n’était pas aussi anodine qu’elle en a l’air car à l’époque, peu de femmes passaient leur permis de conduire. Après un permis obtenu avec succès, la jeune femme a eu l’opportunité de participer à des courses et des rallyes automobiles. Plusieurs années plus tard, c’est la première femme de l’Histoire française à ouvrir son auto-école : l’expression “en voiture Simone” voit le jour !